La Rochelle affiche aujourd’hui un bien triste visage de désolation, boue, détritus, branchages, pierres et de l’eau, de l’eau et encore de l’eau, qui n’en finit pas d’être pompée des caves et des parkings souterrains, partout des voitures immobilisées, embuées, des blocs de pierre monstrueux qui ont traversé les siècles sans bouger mais n’ont pas résisté à la puissance des vagues.

Je n’ai pas voulu aller plus loin et faire le badaud à regarder la tristesse de ces pauvres gens qui ont tout perdu, leur maison, leurs souvenirs et peut-être leurs proches. Les photos de mon album parleront d'elles-mêmes.

La polémique sur les maisons bord de mer et autres constructions bâties SUR la mer comme le Port des Minimes, lieu où je travaille, ne fait que commencer. Un vieux monsieur commentait d'ailleurs tout justement dimanche: “la mer reprend ce qu’on lui a pris”!!!

C'est une bien drôle d'époque !!!